Aventures Khmeres
  

Aventures Khmeres

Cambodia, Cambodge le 05/11/2012

 

Notre séjour au Cambodge commence par une étape de transition à Banlung: on vient du très calme Laos et on s'attend à deux semaines et demi d'agitation, à éviter les mines anti-personnelles, négocier chaque achat jusqu'à la mort, éviter les scooters fous, donc on se dit qu'un départ tranquille est le bienvenu: pourquoi pas un lac formé par une chute de météorites, rempli d'une eau bleu-gris et perdu au milieu de la jungle au Nord-Est du pays?


A peine séchés de notre relaxante baignade, cap sur l'agitation à son paroxysme: 2 millions et demis de Khmers circulant en scooter et en tuk-tuk, à fond les ballons, faisant fi de toute signalisation et autre code de la route. Nous voici à Phnom Penh. Entre marchés, échoppes de rues et balades au bord du Mékong, on se régale d'avoir retrouvé l'agitation si caractéristique des capitales asiatiques.
Après 3 jours dans cette fourmilière géante, cap au sud et Kampot, pour visiter ce qui reste de quelques grottes-temples après le passage des Khmers Rouges. C'est à dire pas grand chose, tant ces derniers, en trois ans, non contents d'avoir fait disparaitre plus d'un tiers de la population, se sont spécialisés dans la destruction massive de temples bouddhiques et de leurs habitants.

Après toutes ces émotions on arrête tout, le temps de 2 jours sur l'ile de Koh Tonsay: plage, eau chaude et cristalline, crabe sauté, coucher de soleil carte postale, plage, eau chaude et cristalline...


Bien reposés on remonte la côte vers Koh Kong, zone naturelle protégée où entre quelques pauses baignade dans des cascades bouillonnantes, on trek dans une jungle saturée d'humidité et de chaleur.


Après le sud du Cambodge, on retourne au centre, au bord du Tonlé Sap, immense lac qui alimente le pays en poissons, fleurs de nénuphars... Et autour duquel s'est développée une myriade de villages et de villes plus ou moins grandes, plus ou moins récentes, et notamment le lieu le plus connu du pays: Angkor. Mais on commence par explorer une autre attraction du lac: les villages flottants. On y retrouve tout d'un village "terrestre": magasins, stations essence, bars, lieux de cultes...sauf que tout flotte et se déplace au gré des crues et décrues du lac. Si bien que les panneaux de signalisation annoncent par exemple: "Kompong Luong 7-20 km" ! Les enfants se déplacent en mini-barques, dans des bassines ou carrément à la nage, pendant que les adultes sont occupés à remorquer leurs maisons pour décider de leur prochain lieu de vie.


Retour sur la terre ferme à Battambang, connue pour le moyen de transport ingénieux qu'utilisent les habitants de la campagne alentour, traversée par un chemin de fer datant de l'epoque coloniale et quasiment abandonné: le Bamboo train. On s'assied sur une petite plateforme en bambou posée sur 4 roues et qui, poussée par un moteur vrombissant, file a 40km/h de moyenne au milieu de la végétation formant un tunnel naturel tout le long du parcours. Ça décoiffe!


Un trajet de 5 heures en bateau au milieu des mangroves et des villages de pêcheurs nous amène à Siem Reap, base de tout touriste voulant visiter Angkor. Et on n'est pas vraiment les seuls. En ville on se croit hors du Cambodge, les néons criards ayant pris la place des enseignes peintes à la main, les cars de touristes climatisés celle des minibus khmers surchauffés. Sur le site des temples, zigzaguant entre les groupes de touristes regardant les monuments à travers leur objectif, on est témoin du contact douloureux entre le passé emprunt de puissance et de spiritualité, et le présent excessif et consommateur. Mais dès qu'on s'éloigne des sites principaux, et que l'on se trouve seul au milieu des pierres et de la végétation pendant un instant, on sent la grandeur de la civilisation qui a érigé ces chef-d'oeuvres d'architecture et de symbolisme. Et encore une fois, dur retour à la réalité et au présent lorsque l'on est sortis de nos songes par deux russes se prenant en photo entrain de lécher la poitrine des statues du 13eme siècle...


Alors que ce séjour à Angkor nous fait comprendre un peu plus le traumatisme subi par le peuple Khmer lorsqu'une bande de vagues idéologues a voulu effacer tout ce glorieux passé, et qu'on voudrait en savoir un peu plus, il est déjà temps de se diriger vers le pays qui, berceau des royaumes rivaux d'Angkor a connu la même prospérité et la même richesse spirituelle sans que, cette fois ci, qui que ce soit ne touche à ce patrimoine. La thaïlande, ca promet.

 

Commentaires

 Lacape
très bien expliquer j'aimerai visité ce pays
.
merci!!
 Clara
Pleins de zoubibibi de la muerte !!! je pense fort à vous.
 Sami
Pas de Sami bis dans ce pays encore? Ca ne saurait tarder j'espère!
Profitez bien, plus qu'un mois.
A toute



Autres récits de voyage

Autres Recits en Cambodge